Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 21:20

Il est un métier que tous les étudiants (sauf quelques exceptions aux parents généreux ou aux relations plus efficaces)  ont un jour exercé : travailler dans le grand monde de la restauration rapide, alias "Coéquipier de fast food".

Dans restauration rapide j’inclus les faiseurs d’hamburger, de pizzas, et toutes les autres structures où une fois au comptoir on s’adresse aux menus et pas à la personne qui vous fait face. Si vous faites partie de ceux qui commandent leur menu en regardant droit dans les yeux la personne en caisse au lieu de continuer à lire leur composition au dessus : chapeau !

Il y a  un été lointain, à Barcelone, je débarquais pour deux mois et avec assez d’argent pour tenir une semaine. Il me fallait donc trouver un travail rapidement. Mes cv traduit au mot à mot à l’aide d’un mini-dictionnaire sous le bras je m’en allais les répartir dans toute la ville, attendant que mon avenir professionnel me sourit enfin...

...Sur une cinquantaine de cv, juste le Burger King m’a rappelé. Il faut dire que mon Espagnol de l’époque n’était pas très crédible, mais suffisant pour travailler dans la cuisine du roi des burgers.
Je devins donc la préposée à la cuisson des steaks hachés et au ravitaillement de produits surgelés, entrecoupé de passage en salle. Il faut savoir que les gens là-bas ayant pour coutume de laisser leurs plateaux sur les tables, les renforts de passage en salle sont donc très fréquents.
Heureuse d’échapper à la caisse et à la préparation des hamburgers (le seul que je n’ai jamais fait ayant été retourné en cuisine par le client), j’effectuai mon travail avec les quatre mots d’espagnol que je savais.

Mais en caisse il aurait mieux valut être. Je n’aurais jamais eut à devoir déboucher les chiottes plusieurs fois par jour. Je m'explique.

Ames sensibles s’abstenir de lire la suite. Pour les courageux je remplacerais merde par rose, ça sera plus facile pour tout le monde.

On m’expliqua rapidement que dar una vuelta en la sala (faire un tour dans la salle nettoyer les tables des estomacs repus et vider les poubelles pleines et percées) signifiait aussi dar una vuelta en los lavabos (aller voir si il reste toujours du papier et si les toilettes sont dignes de nos respectueux clients). Les gens s’en allant en laissant les tables pleines je doutais fortement de l’état des lavabos.
Je ne sais pas si la nourriture que nous servions était douteuse, mais les gens avait pour coutume de laisser la cuvette des toilettes pleine de rose et les gens suivant peu farouches, venaient compléter le bouquet, en y déposant eux-mêmes leurs roses par-dessus ce qui rend l’évacuation plus difficile n’est ce pas, si l’un d’eux venait à avoir l’idée saugrenue d’appuyer sur la chasse d’eau.
Entre deux steaks hachés je devais donc me transformer en plombière à l’aide d’un balai espagnol SANS LES FRANGES. Ca peut paraître évident mais la première démonstration par une de mes collègues sur le pourquoi du comment du débouchage de toilettes avait était fait AVEC les franges du balai. Je vous laisse imaginer l’ambiance, j’en cauchemarde encore.

Le mode d’emploi était simple.

Premièrement : tu saisis un balai espagnol et tu prends la délicatesse de dévisser la tête du balai.
Deuxièmement : tu le plonges dans l’amas de rose.
Troisièmement : tu secoues celui-ci vigoureusement en prenant soin de t’écarter suffisamment des projectiles.
Quatrièmement : tu évites de vomir et tu prépares mentalement ta lettre de démission.
Cinquièmement : tu retournes à la cuisson de tes steaks. 

Mais comme d’habitude je restais et eut même la larmette à l’œil pour mon dernier jour de boulot.
Parfois je ne me comprends pas.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Stéphanie 03/01/2010 22:28


Hello,

j'ai visité ton site car je connais Corinne. J'ai fait un article sur elle dans le cadre du BondyBlog. Juste une précision, je n'ai pas de parents généreux ou aisés loin s'en faut ni de relations,
mais je n'ai jamais été employée dans un fast food ;-). Je me suis cantonnée à vendeuse et c'était déjà un job pas terrible du tout (enfin tu as fait bien pire en nettoyant les toilettes (courage
ou masochisme?)
J'ai aussi fait une licence Cinéma à Marne La Vallée mais j'ai de la chance car deux de mes amies sont dans le cinéma et je ne me déconnecte donc pas totalement de ce monde. Mais bon il faut dire
que l'une est très débrouillarde et l'autre a des parents aisés et finit donc sa thèse.
Bon bin bon courage sinon :)
Mais ça doit aller mieux car tu es sur maviepro :)
Stéphanie


La Brune 10/01/2010 14:26


L'expérience sur maviepro me plait énormément ! Je remercierais toujours Corinne de m'avoir offert cette opportunité.
Je me suis éloigné du choix de mes études, le manque de motivation sans doute... Pour réussir dans le cinéma il en faut une sacré dose ! Il faut des relations aussi, tua s de la chance d'en avoir
si un jour tu souhaites te reconvertir :)


zutiste 17/01/2009 11:38

C'est marrant.
Parce que moi j'ai pas été étudiant "tu iras travailler, ça te feras les pieds" ont décrété mes parents.
C'est donc déboucher le chiottes et réparer les robinets que j'ai fait de 14 à 17 ans.
Autant ça m'a pris la tête à l'époque autant ça m'a déjà rapporté des ronds...
200 roros pour un coup de balais et tirer la chasse, vous en avez raté du pognon !!!

Brune 17/01/2009 13:10


Ne m'en parlez pas! En plus je continue de déboucher ceux de la boutique où je bosse. Mais ça va, l'eau est claire et on est équipé d'une ventouse. C'est vrai que vu
le prix de l'intervention d'un technicien les entreprises préfère y coller leurs employés!


Japan 14/01/2009 21:08

En tant qu'étudiant j'ai pour le moment toujours échappé à la restauration rapide:) Sentir la frite et "la rose" même pour l'ambiance jeune....mmhh NON !

Brune 15/01/2009 09:19


Remarques que quand tu vas manger dans un fast food, il y a aussi une ambiance jeune et selon le temps que l'on y reste on finit toujours par sentir la frite.


Drashiv 14/01/2009 02:42

tendance sado maso surement, faut-il y voir une explication sur ta relation avec un certain gaffeur de première?

Brune 15/01/2009 09:12


Subir les frasques de Nico est nettement plus supportable que déboucher ne serait-ce qu'un chiotte par mois. Si c'est pas une
preuve d'amour ça!


Patrick 12/01/2009 17:03

Si on tombe amoureux des yeux de la serveuse c'est normal qu'on plonge dedans sans regarder les hamburger plus photoshopé que les affiche de mannequin.
Je suis resté 2 semaines dans un fast food juste le temps qu'une célèbre banque me propose un cdd à durée indéterminée en raison de la maladie de la personne que je remplaçais.
http://nevroses.over-blog.com/article-12874767.html

Brune 12/01/2009 20:54


Les dirigeants des chaînes de restauration rapide ne facilitent pas vraiment les coups de foudre vu les fringues qu'ils réservent à leurs employés ! 2 semaines c'est
suffisant pour profiter de toutes les rares bonnes  choses que peut t'apporter ce genre de job, soit: hamburger gratuit, boisson gratuite, bonne ambiance
entre jeunes.