Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 15:13

Nous nous quittons avec un sourire et l’impression que l’on va se revoir.
On se l’est dit. Au plus tard dans quelques semaines.
Quelques semaines c’est flou et long. Mais ce n’est pas grave. J’attendrai.

Les semaines passent. Je languis mon téléphone portable, je guette mes mails. Je vérifie mentalement 100 fois que je lui ai donné le bon.
Le rendez-vous s’était pourtant si bien passé. Il avait mal commencé peut-être avec le sentiment de parts et d'autres de ne pas être à sa place.
Puis on a fait place à la franchise. Oui nous nous sommes trompés, vous n'êtes pas le type de candidat que je recherche mais peu importe, vous êtes la seule personne qui parle avec cet aplomb et cette sincérité.
Gentil et gentleman, j’étais flattée de voir qu’il m'appréciait. L’assurance mutuelle d’avoir fait la rencontre qui changerait notre vie, du moins pour un moment, alliés sur un même projet.
Nous nous sommes séparés comme ça, sur le pas de la porte reliés seulement par une franche poignée de main.

Les semaines se sont transformées en mois.
Il avait pourtant bien marché cet entretien d’embauche.

Repost 0
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 09:15

Lorsqu'une annonce paraît, pour peu qu'elle entre parfaitement en accord avec mes horaires et mes compétences, je postule, hyper motivée et je me dis à chaque fois "c'est pour moi".

J'y crois quoi.

Je fais des plans, je me projette, je m'enthousiasme, j'appelle, je demande, "avez-vous bien reçu mon CV?"...

... "Mademoiselle le poste a déjà été pourvu".
Ca c'était il y a 10 minutes au moment où j'écris ces lignes.

Déjà que je me suis réveillée d'une humeur de crotte...

Repost 0
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 14:49

Je n’ai jamais aimé joindre une lettre de motivation à mon CV dans mes recherches de boulots alimentaire. Je trouve que c’est un exercice hypocrite qui ne sert à rien. C’est important pour une candidature spontanée ou pour une recherche de stage où l’on doit expliquer ses motivations ou ce que l’on recherche.

Mais pour les petits boulots franchement…

Le CV et quelques lignes explicatives sur celui-ci devraient amplement suffire.

Au lieu de ça on nous impose un tissu d’hypocrisie avec les sincères salutations et tout le tralala. Je n’aime ce qui est protocolaire et inutile et pour moi la lettre de motivation telle qu'on la connaît l’est.

Alors lorsque l’on dépose son CV dans toutes la ville pour un boulot d’été par exemple, on se retrouve à écrire 50 fois sur des feuilles blanches les mêmes phrases bateau. C’est obligatoire et c’est bien dommage.


Si j’étais en recherche d’employés temporaire, je demanderais aux personnes de se présenter de telle heure à telle heure avec leur CV et leur  proposerais un bref entretien de présentation. Les plus motivés viendraient et l'on ne perdrait pas de temps!


Sur les lettres, tout le monde est beau et incroyablement efficace, personne ne dira le contraire. Cela veut-il dire que la meilleure lettre de motivation obtiendra l’entretien? La lettre de motivation est-elle vraiment représentative de ce qu’est le futur employé ?

Je ne pense pas. C’est comme pour les devoirs à la maison à l’école, où l'on avait des bonnes notes car on se le faisait faire par le grand frère ou avec l'aide de l'encyclopédie.

C’est un moyen de structurer la candidature mais cela ne devrait pas être obligatoire, et n’exister que si la lettre apporte vraiment quelque chose et si elle est vraiment utile.

Je me souviens d’une psychologue du travail à qui j’avais demandé des conseils pour écrire la lettre qui m’avais répondu « oubliez tout de suite les règles des lettres standard et écrivez tout simplement vos envies et vos objectifs. »

 

Mes envies et mes objectifs… c’est par ici.

Je voulais rajouter qu'en désespoir de cause je faisais trés bien le café mais ça aurait fait un peu brouillon...

Repost 0
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 13:46

 

Lorsque l’on cherche un boulot, on a parfois l’idée saugrenue de se tourner vers les agences intérim. Normal, elles pullulent dans toutes les villes, elles t’attirent vers leurs vitrines pleines d’annonces urgentes d’employeurs qui n’attendent qu’un brave et honnête travailleur au chômage.

Elles représentent donc l’espoir, pour ceux qui osent y entrer, de trouver du travail.

 

Jusqu’à ce qu’on y mette un orteil.

 

Car s’il faut tout d’abord avoir la chance de tomber sur les heures où le commun des mortels à le droit d’y pénétrer, il faut aussi faire partie des élus.

 

Je n’en ai jamais fait partie.

 

Je me suis pourtant inscrite dans une bonne quinzaine d’agences.

Tout d’abord à Montpellier, où je pensais que je trouverais peut-être un boulot pour l’été grâce à elles. Ca n’a pas été le cas mais j’ai tout de même trouvé deux jours d’inventaire chez Casto. Je ne suis donc pas restée tout de suite en mauvais termes avec elles : j’étais jeune et sans trop d’expérience pour cela.

 

Puis ensuite, j'ai tenté l'expérience à Barcelone, où s’inscrire dans une ETT (agence d’intérim) quand tu es français revient à pisser dans un violon. Mais bon, je n’avais pas beaucoup d’expérience, je ne parlais pas Catalan, cela pouvait encore à la rigueur se comprendre.

 

Enfin, revenue en France, avec tout de même un meilleur bagage linguistique et quelques lignes en plus sur mon CV, j’ai naïvement pensé que les agences intérim pourraient enfin m’aider.


J’ai commencé par les plus grosses. Tout d’abord Adecco, où j’ai eu la gentillesse de me faire rediriger vers le site internet dés le pas de la porte passée. J’avais eu le temps d’écouter une des secrétaires qui parlait d’un poste à pourvoir avec un interlocuteur qui avait, j’avais de la chance, déjà trouvé un emploi. Le poste était donc encore libre. La description qu’elle lui faisait me convenait parfaitement, et selon ses dires il fallait quelqu’un tout de suite. J’ai eu l’audace de lui demander après qu’elle eut raccroché et qu’elle chercha à me rediriger vers la sortie, plus de détails sur ce poste.

 

"Inscrivez-vous d’abord sur le site internet" fut son unique réponse.

 

Ensuite, j'essayais les autres agences, moins connues, qui t’autorisent à revenir avec tous tes papiers pour procéder à l’inscription. Mais ce n’est pas le moment de reprendre espoir non plus. Car ça ne suffit pas d’être disponible, mobile et bonne travailleuse. 

 

Vint le pompon.

 

J’ai trouvé l’emploi dans la boutique où je bosse actuellement grâce à une annonce laissée sur la vitrine par la responsable. Je suis donc naturellement entrée laisser mon CV. Hasard, je retrouve ensuite une annonce pour le même boulot, sur une annonce parue sur le site du Crij mais cette fois déposée par une agence intérim. Ni une ni deux, je postule également par mail auprès de l’agence d'intérim.

 

Aucune réponse.

 

Je me pointe alors directement à l’agence leur dire que je souhaite vraiment ce travail.

 

Je suis raccompagnée à la porte aussi rapidement que d'habitude.

 

Je les double alors en retournant à la boutique. La responsable me dit qu’elle a retenu mon CV qui correspond bien au type de personne qu’elle recherche. Je décroche un essai, mais il me faut d’abord passer par l’agence intérim à laquelle elle a fait appel.

 

Je les appelle, et vu que je leur avais mâché le boulot, l’heure et le jour de l’essai ayant déjà été déterminé, j’eu enfin le droit de venir m’inscrire.

 

Le rendez-vous avec eux a été fixé une matinée où l’agence est fermée au public.

Jusque là tout va bien.


Jusqu’à ce que j’arrive devant la porte vitrée.

Ils n’ont probablement pas dû regarder leurs agendas et ne savent donc pas que la fille qui tambourine à la porte a rendez-vous pour s’inscrire. Ca doit être encore une conne qui vient déposer son CV en croyant qu’on va la faire travailler, devaient-ils penser ?

 

Des quatre personnes me faisant face à l’intérieur personne n’est venu voir ce que je voulais. J’ai donc poussé le ridicule en leur passant un coup de téléphone de mon portable. Toujours face à eux, derrière la vitre.

 

Hey ho j’ai rendez-vous ouvrez moi !

 

Mon grand regret a été de ne pas leur balancer un parpaing dans la baie vitrée.

 

Je me suis inscrite. J’ai été prise à la boutique.

 

J’ai demandé à ma responsable pourquoi elle avait mis une annonce sur la porte si elle faisait déjà appel à une agence intérim.  La réponse me semblait évidente, mais j’avais besoin de me l’entendre dire.

 

"Je ne sais pas pourquoi ! Ce sont des niais, toutes les filles qu’ils m’envoyaient étaient pas motivées et sans expériences !"

 

Ils se contentaient tout simplement de vouloir caser une fille qui avait déjà travaillé avec eux dans le but de faire monter leurs stats peut-être ? C’est ce que je pense car depuis que j’ai travaillé 2 mois avec eux (je suis maintenant embauché en CDI par la marque), je reçois tous les 3 jours des sms mentionnant divers emplois à travers la ville. Téléopérateurs, femme de ménage … pas les emplois du siècle mais le genre d’emploi qui m’aurait bien aidé en octobre quand je me suis retrouvée sans rien et que je me suis inscrite partout en montrant clairement mon besoin et ma motivation.

 

Les agences d’intérim ne m’ont donc jamais servi qu’à perdre mon temps, et à me faire me sentir la dernière des niaises qui n’arrive même pas à décrocher une mission.


Fuck les agences d'intérim. Ca fait juste du bien de le dire.

 

                                                       

Repost 0
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 10:47
Si je n’ai toujours pas décroché le boulot du siècle, c’est aussi parce que je ne brille pas toujours de mille lumières lors de mes entretiens d’embauche.

Parfois je m’aventure à rajouter çà et là une petite exagération sur mon CV, ce qui convertit le  Pack office : euh…. un peu Word et je connais Excel de nom  en Maitrise parfaite du pack office. Je me dis juste que j’anticipe sur mes compétences et que de toute façon si j’ai le boulot, je demanderais à mon brun de me former jour et nuit pour apprendre.
Même si je pense qu’un Brun qui apprend à une Brune très questionneuse le fonctionnement d’Excel ne serait pas un court apprentissage tranquille.

J’anticipais donc gaiement jusqu’au jour où je me suis présentée à un entretien d’embauche pour un boulot pas trop mal payé de vente en ligne de billets de concert. Je ne pensais pas que cette ligne sur mon CV avait eut un effet particulièrement attractif sur ce que je considérais alors comme mes futurs employeurs et allais à demi-préparée à ce rendez-vous. Je l’ai vite compris lorsque tout juste après m’avoir demandé de me présenter on me demanda de montrer ce que je savais faire sur Excel vu que j'étais si forte. Un ordinateur était bien sûr allumé à ma disposition.

Faut-il avoir de la chance tout de même.

N’ayant pas encore trouvé le moyen de me liquéfier pour passer tranquillement sous la porte, je dû me ridiculiser devant les trois personnes en leur avouant que j’avais menti. Je préférais cela car leur montrer que je savais faire mon emploi du temps de seconde n'aurait pas était beaucoup plus convaincant. Ils ont quand même eut la courtoisie de terminer l’entretien histoire de me mettre la honte jusqu’au bout.

Je n’ai bien sûr pas décroché le boulot. Mais maintenant je maitrise un peu plus Excel et j’ai arrêté d’exagérer.

Un peu.

La dernière fois où j'ai un peu exagéré, ça c'est remarqué trés vite et j'ai été plus sûre de moi. Quand la personne m’a demandé : utilisez-vous réellement quotidiennement Netvibes, Yammer, Twitter, et tutti cuanti, alors que je travaillais comme simple vendeuse, j’ai répondu que non bien sûr, que c’était pour que mon CV arrive en haut de la pile car je souhaitais plus que tout ce travail. J'ai rebondis sur ma motivation ce qui m’a sauvé du ridicule, mais il a préféré prendre quelqu’un qui les utilisaient lui.

C'est nul de mentir mais je ne mettrais jamais sur mon CV des énormités que je ne maitriserais pas, seulement des éléments que je suis capable d’apprendre rapidement.
Alors que faire : continuer à mentir pour pouvoir passer des entretiens ou bien être parfaitement honnête et laisser la chance à d’autres un peu plus convaincants sur leurs mensonges?



Repost 0