Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 15:50

Aujourd'hui, j'ai eu mon premier rendez-vous à Pôle emploi pour me réinscrire officiellement comme chômeuse et faire ma demande d'allocation. Je n'y suis jamais entrée en pensant y trouver un travail, surtout pas maintenant que je compte mettre les voiles, mais tout de même aujourd'hui, j'ai pris une claque.
Aller à Pôle emploi, c'est un peu comme se baigner dans une piscine d'huile de friture : on en ressort toujours un peu alourdi en se disant « putain je veux pas y retourner ». Aujourd'hui j'ai eu l'impression de me baigner dans de l'huile ayant servi à faire frire les potatoes de toute la France depuis 1994.
L'horreur quoi.

Tout d'abord les locaux. Pour mon premier rendez-vous l'année dernière, les locaux étaient des préfabriqués, et avaient donc une excuse toute trouvée pour être glauquissime. Mais là, … qui dit « préfabriqués » sous entend « travaux » tout de même. Je les cherche toujours...
Architecte est pourtant un métier répandu non ?

Allez, vous voudrez bien une visite guidée !
Le hall d'entrée tout d'abord, montre ce à quoi on a affaire. Sinistre, lugubre, avec des plantes vertes en plastique qui ne sont pas sans rappeler celles qui décorent les tombes. Quelques fascicules, représentant la seules touches colorées de l'ambiance, viennent agresser dès la file d'attente rappelant pourquoi on est là.

Au loin, une table et quatre chaises pour s'asseoir et éviter de tomber dans les pommes à la vision de temps de sinistrose. Je me demande si les lieux n'auraient pas servi de tournage pour Saw 1 (2, 3, 4, 5 et 6 aussi peut être), le déménagement dans des préfabriqués expliquant sans doute cela.

Derrière moi, sur la gauche, se trouve une alcôve où sont emmenés les jeunes premiers qui ne savent pas encore ce à quoi sert Pôle emploi. Ils s'assoient alors 4 par 4 et regardent un écran fixé au mur (ambiance hôpital ou motel miteux, au choix) où une animation leur explique en 10 longues minutes ce à quoi sert Pôle emploi. La première fois où l'on m'a parquée dans un endroit de ce type j'ai d'abord cru à une blague.

Mais non.

Je vous passe les guichets, les affiches décollées au mur pour que nous en arrivions directement aux bureaux.
Après avoir décliné mon numéro d'identifiant, je suis convoquée dans des bureaux individuels pour me faire réinscrire à 2 doigts sur un ordinateur qui « fait que planter aujourd'hui ». Les cloisons ne sont pas totalement fermées, ce qui fait que je peux écouter mon semblable de la cellule d'à côté qui cherche un boulot comme mécanicien. On lui propose un 18h par semaine, un peu loin certes, mais ça vous intéresse ou pas ? CA VOUS INTERESSE OU PAS ? Euh on a le droit de dire non ? Il esquive intelligemment. Je suis fière de lui. Passons à l'annonce suivante.
Je regarde par les lamelles de fenêtre au travers des lamelles de stores perpétuellement entrouverts et mon regard s'arrête sur des arbres qui me redonnent un peu goût à la vie.

La personne en face de moi fait son job et me pose les mêmes questions que l'on m'a posé l'année dernière.
Puis après avoir fini la procédure, elle fait des bruits de bureau : elle agraffe, elle ouvre et ferme des tiroirs, elle clique, elle photocopie, elle imprime, elle plie, et pose mon petit dossier de demandeuse d'emploi et sur le bureau en imitation bois de chêne.

Dans ce dossier se trouve des fascicules en veux tu ben en voilà, des papiers que je ne lirai jamais et une grosse brochure sur la recherche d'emploi avec un gars qui sourit. Je songe à combien d'arbres on abat chaque année pour fournir en dossiers inutiles les demandeurs d'emploi et ça finit de m'achever.

Je m'avance vers la sortie et tiens la porte à une femme d'une cinquantaine d'année, sans doute récemment licenciée. Elle met peut-être tout ses espoirs dans cette structure. C'est probablement sa première visite, elle aura donc le droit à la représentation vidéo de ce qui l'attend. Bonne chance Madame.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Christèle 18/03/2011 23:56


Je suggérerai presque un site consacré aux déçus du Pole Emploi.
J'ai, pour mon plus grand désespoir, dû renouer une relation "stable" et néanmoins la moins durable possible avec eux, il y a quelques semaines (déjà 3 mois). Et aujourd'hui, 1. je pourrais écrire
un livre pas très flatteur à leur sujet 2. j'ai tout plein de scepticisme et de perplexité face au titre "Conseiller Emploi", 3. Je rejoins tout ce que tu as dit.
Et je suis plus que ravie pour toi que tu n'ais pas besoin d'eux. Car ils ne sont définitivement pas armés pour. Personnellement, je leur ai appris à paramétrer leur imprimante et indiquer moi même
quels documents je devais fournir. J'en suis au 6ème courrier de pièces manquantes plus inédites les unes que les autres... Que faire ? que penser ? je ne sais plus...
J'en profite pour marquer ici tout le plaisir que j'ai ressenti en lisant l'annonce de ton départ pour montréal. Le Net a des avantages : se réjouir le plus sincérement du monde pour des étrangers
qui semblent si proches en fait partie !

A bientôt


La Brune 19/04/2011 19:38



Merci Cristèle !


 


J'espère que cette vilaine relation avec Pôle emploi s'achèvera vite, cela ne peut être que de très bon signe :)



Gossip Boy 18/03/2011 16:58


Coucou La Brune,

Je vois qu'on a le même vécu avec Pôle Emploi. Moi je trouve que ça ressemble plus à un abattoir qu'à une friteuse géante, mais chacun ses métaphores.

Je dois y aller à la fin du mois et j'ai déjà la désagréable sensation que je vais en sortir totalement déprimé (C'est à croire qu'un chômeur déprimé trouvera plus facilement du travail... Mais
non, suis-je bête, un chômeur déprimé acceptera n'importe quoi afin que P E le raie des listes de demandeur d'emploi!).
Je vais y aller en traînant la patte, à reculons, et puis poireauter au moins pendant 20 minutes (C'est comme dans une salle d'attente médicale, si tu ne poireautes pas, c'est pas normal), et puis
je serais reçu en 10 minutes chrono (Surtout que j'ai rendez-vous à 11H30, j'ai une chance sur deux de ne pas réussir à prendre mon train pour rentrer à midi)... Mon cher conseiller va me dire des
banalités pour noyer le poisson parce qu'il n'aura rien à me proposer et finira l'entretien par une jolie réplique assassine pour être certain que de ne pas me donner envie de revenir.

Moralité : Ca ne servira à rien excepté à perdre une matinée et le moral.


La Brune 19/04/2011 19:39



C'est exactement ça, les rendez-vous devrait se faire par téléphone, tu devrais le demander, surtout quand tu habites pas à côté.


J'espère que tu vas trouver chaussures à ton pied au niveau pro ! Bon courage !