Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 13:06

Vous vous rappelez du jour du bulletin ? Le jour du bulletin c’est celui où l’on passe plus de temps que de coutume devant la porte de la maison, la boule au ventre, imaginant des plans d’évasion, loin, à 10 kilomètres au moins, le temps que tout le monde s’inquiète et oublie le 9/20 en math.

Je me rappelle d’un jour du bulletin, le pire de mon histoire de collégienne, où je me payais un 0 en grammaire. Un 0. Sur un bulletin. Je digérais ma colique devant la porte, trempant le bulletin de mes mains moites. Je songeais à ce que je pourrais faire pour détourner l’attention du 0. Les autres notes, un peu au dessus de la moyenne, ne feraient pas le poids. Le pouvoir du zéro est quelque chose de très fort. Je serrais mon bulletin très fort dans ma main, avec un peu de chance, la sueur effacerait l’encre.

Je pourrais sinon déchirer la partie concernée, mentionnant que j’avais croisé Marc Dutroux sur mon trajet, qu’il avait voulu m’enlever mais que je m’étais bien défendue, oh ça oui. Et que malheureusement, le bulletin s’est trouvé amputé dans la bagarre. Quel dommage.

Je pouvais aussi la jouer psychologue, que le 0 en grammaire venait peut-être du fait que ma propre grand-mère avait refusé de me donner un bonbon l’été 1990.

Ou bien dire que de toute façon, j’étais une matheuse, que je comptais devenir médecin, et que vu que je sauverai des vies mon 0 en grammaire hein bon.

Mais la seule solution possible était de pousser la poignée, tendre mon bulletin et serrer les dents, lorsqu’à la lecture de la deuxième ligne, le 0 viendrait occulter toutes les autres notes et appréciations. Je baisserai la tête et oscillerai des « oui oui » lorsque mon père me dirait que désormais le samedi après midi, je le passerai le nez dans le livre, un zéro, non mais.

Tout ça, c’est un peu ce que j’ai ressenti la semaine dernière devant la porte du bureau de mon boss alors que je m’apprêtais à lui annoncer quelque chose. Stressée par le « comment va-t-il le prendre ? Annoncer ça au bout de 6 mois à peine … »

Et puis je me suis dit que de toute façon, je lui annoncerai tôt ou tard alors autant faire cesser le mal de ventre tout de suite.

 « Boss, je pars m’installer à Montréal » dis-je sans tourner autour du pot.

Changement de vie donc.

Mais j’aurais bien le temps de vous en reparler, vu que vendredi j’arrête de travailler et que j'aurais tout le temps du monde pour tout vous raconter…

Partager cet article

Repost 0
Published by La Brune - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

yvan 09/03/2011 16:08


Mais pourquoi tu culpabilises, tu as le droit de partir, de faire ta vie autre part ! (passe moi le tél de ton boss tout de suite ;) )


La Brune 10/03/2011 16:39



Il est déjà au courant, et m'a déjà laissé partir d'ailleurs ... Je ne culpabilise plus et ne culpabiliserai plus jamais :)



rocepe 02/03/2011 22:14


Les (prochaines) aventures québecoises mettent un terme à ce qui aurait pu être ton premier poste souhaité et durable, le transformant de facto en "petit boulot": tabernak'!!!
Au moins, tu sais ce que tu veux (et sais) faire...
Bonne préparation à ce changement de vie, loin de Toulouse, de la Montagne Noire et de Barcelone.

PS: le dernier post du Nico est donc prémonitoire?


La Brune 10/03/2011 16:41



Mon premier poste souhaité et durable était le précédent. Celui-ci c'était "en attendant". C'est vrai qu'il n'est pas improbable que cela se transforme de nouveau en
petits boulots ... mais bon je n'espère pas.



Gossip Boy 02/03/2011 20:25


Coucou La Brune,

Je me joins à Gaëlle : "Wouahou!" ^^

Je suis pressé de savoi ce qui a motivé ton choix de partir à Montréal et de découvrir dans quelles conditions tout cela s'est passé.

Bisous, bisous,

XO

Gossip Boy.


La Brune 10/03/2011 16:42



Merci à toi :)



Gaëlle 02/03/2011 19:41


Whaouhhh ! quelle grande nouvelle !!! Je suis super contente pour toi....J'ai hâte d'en savoir plus :-).


La Brune 10/03/2011 16:43



Merci Gaëlle !