Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 16:51

Parce qu'il n'y a pas que le boulot dans la vie. Par contre si une personne de ma famille lit ces lignes, arrête-toi là.

Ma soirée mec


J’ai fait une soirée mec. Du genre une vrai où j’ai presque senti me pousser de la moustache. Pourquoi ce choix ? Les mots « strip-tease » et le nom de mon copain ayant été étrangement associé, je réussi à négocier ma présence non pas pour faire ma chieuse mais à des fins purement sociologique.

Une soirée mec c’est quoi ? Je savais ce qu’étaient les soirées filles, bien loin des échanges sur les chaussures nous racontions notre vie sexuelle et celle de notre entourage en insistant sur les détails. Tout en descendant l’équivalent d’une grosse vigne en vin.

Mais la soirée mec restait un mystère, Je sais pour avoir assisté à des retours de mon homme, que les soirées mecs sont toujours très alcoolisées et que suivant les récits il ne se passe pas grands chose à part « qui finira sa bouteille de whisky en premier ».

Je m’attendais vaguement à ça, ayant préparé mon foie en buvant du thé détox toute la journée et en mangeant du radis noir. Un savant mélange d’antidote à la gueule de bois tout droit sorti de ma propre interprétation de ce que je lis sur les magazines féminins.

J’avais tort.

J’arrive à la soirée avec mon mec, étant presque gêné de faire la bise à l’assistance alors que tous se serrent la poigne et se tapent l’épaule. L’espace d’une bonne demi-heure, je me suis demandé ce que je foutais là, enquillant des bières sur le perron d’un pavillon de banlieue en évitant de me faire dégommer par les moustiques. Je ne trouvais pas de sujet de conversation qui m’allait et restais donc silencieuse, évitant soigneusement les coups d’œil que me jetait mon brun « a t’as voulu être là ma vieille… »

L’ennui commençait à me gagner quand le maitre de maison déclara qu’on allait passer à l’intérieur. Tant mieux, je pourrais au moins parler de la déco, donner quelques conseils et me réchauffer un peu. Je suis donc tout le monde direction… le garage.

Le garage.

Entre  la concession automobile et le musée, le garage était orné de motos, mini-moto, moto neige et autre mot en to.

Je vois les 5 gars prendre place debout, dans des positions que seuls les mecs peuvent reproduire, une jambe plié l’autre tendu sur le côté, une main calée dans la poche du jean prête à gratter ce qui grattera si le besoin s’en fait sentir. Ils peuvent rester ainsi des heures sans ressentir la moindre once de fatigue.

Je commençais à m’installer sur un bout de canapé, le canapé de garage d’Hélène et les garçons mais en moins propre. C’est un peu comme si il avait servi d’obstacle lors d’une course de bagnole. J’étais habillée en clair je ne savais pas où me mettre sans avoir une trace de pneu.

Je décidais de prendre mon mal en patience et attaquait le pastis, qui me laissait étrangement sobre pour une fois. Après avoir contemplé en long et en large tous les 2 roues se trouvant là, les garçons commencèrent à parler de dents et de leurs expériences de dentiste. Tiens marrant, les gars entre eux parlent de dent. Je commençais à tirer des généralités sur les soirées mecs en entendant un des gars commander des pizzas.

Les grandes absentes de cette réunion à 80 pour cent testostérone.

La conversation commençait à dériver vers la raison pour laquelle j’étais là. La lap dance que devait « subir » mon mec.

Elles font quoi exactement pendant la lap dance ?

J’avais pensé tout haut et tous me regardaient.

« Beh on t’en paie une et si ça te plait pas ton mec la fera pas ok ? »

Ok.



Quelques freins à main en bagnole plus tard, nous pénétrons dans le bar à strip tease et ma raideur me fit penser que je me sentais comme un poisson dans l’eau au milieu du garage et des pneus. J’ose à peine lever les yeux, des filles en string pailletés partout, sur scène, derrière le bar et dans l’assistance. Oh mon dieu c’est exactement comme dans les films. La musique, les vicelards qui assument au premier rang, les vicelards qui assument pas au bar avec moi au milieu. Je dois ressembler à une vicelarde. Ça me plait moyen.

Je continue à baisser la tête comme à l’église quand le curé boit dans sa coupe. Enfin j’ai toujours supposé qu’il faisait ca car je baissais toujours la tête comme les autres résistant à la curiosité de voir ce qu’il pouvait bien faire de si honteux pour que nous fasse regarder par terre. Bref.

Fin de la parenthèse religieuse.

Je commençais à regarder un peu autour de moi et à voir les filles en string, que j’espérais du staff entrain de tortiller de la fesse vers les vicelards du milieu.

« Brune ou blonde on me demande »

Et pour une raison que j’ignore encore je m’entendis répondre « blonde »

Ni une ni deux une blonde probablement née châtain, s’avance vers moi et me prend par la main. Mon visage doit se confondre avec le spot rouge fluo du fond de la scène et je reste sur place alors qu’elle me tire et qu’un des gars me pousse. Je regarde mon copain d’un œil implorant et je peux lire sur son visage un autre « T’as voulu venir ma vieille ».

Je suis la Barbie dans les tréfonds du bar, me demandant si j’allais ressortir vivante, si je n’allais pas pleurer, si je n’allais pas appeler la police.

J’avais peur.

On entre dans un espace minuscule recouvert de miroir et de moumoute. Tout le bon goût résumé en 3 m carré. Elle allume le poste et j’entreprends de lui dire que je fais jamais ça d’habitude, m’excusant à moitié d’être là mais vous comprenez c’est purement sociologique.

Elle a l’air de se foutre de ce que je raconte comme de ses premières règles et enlève son haut de maillot.

Mais elle fait quoi là ????

« Tu vas voir ça va bien se passer. » Cette phrase qui se veut rassurante a sûrement été prononcée au moment où je commençais à devenir bien pâle.

Je commence à me raidir en la voyant s’approcher de moi. Je n’ai pas écrit mon testament, est-ce que j’ai mis assez à manger aux chats, et puis qu’est-ce que je fais là déjà.

La strep-teaseuse/danseuse me ramène à des choses plus essentielles en me fourrant littéralement ma tête entre ses seins.

Brrrrrrllllppppp. Je me retrouve, les joues pleines de poudre qui sent bon, il faudra penser à lui demander ce qu’elle met. Telle une mère nourricière un peu maladroite, elle me laboure le visage avec ce qui m’a l’air d’être un bonnet D. Je n’ai pas le temps de voir ce qui m’arrive qu’elle fait demi-tour et s’assoit sur mes genoux. Elle doit avoir l’impression de se frotter à un tronc d’arbre vu que je suis au bord de la raideur cadavérique.

Je pensais avoir connu le plus gênant, c’est alors qu’elle commence à onduler du bassin et là je me sens très très très mal. Ne sachant pas quoi faire et un tantinet admirative, je lui demande comment elle arrive à faire ça alors que quand j’essaie ça bouge des épaules jusqu’aux orteils.

« C’est de l’entrainement, avant j’étais comme toi. »

Ah ce petit échange me met à l’aise et je commence alors à parler, à raconter ma vie pour justifier ma présence ici.

Elle exécute sa chorégraphie en m’écoutant gentiment.

« Et il y a souvent des filles qui viennent ici ? »

« Oui et c’est des grosses cochonnes alors que toi t’es carrément coincée »

Un peu vexée, je regrette presque de ne pas être une grosse cochonne.
Presque.
Notons que je suis à nouveau la tête entre ses D jumeaux alors de loin l’illusion y est.

Heureusement la chanson est courte et c’est les au-revoir sont là.

Je reviens un peu choquée me descendre une bière au bar pendant que mon mec me regarde en me disant « raconte » plusieurs fois.

« Beh tu verras c’est ton tour maintenant. »

J’ai survécu à une soirée mec.





 




Partager cet article

Repost 0
Published by La Brune
commenter cet article

commentaires

A Life at the Movies 26/10/2011 16:25


J'adore ton blog et ton style! j'avoue que j'ai du contenir un fou rire en lisant cet article et dois donc me souvenir de ne pas te lire pdt les heures de bureau en open space!! C'est grillé que ce
n'est pas mon boulot qui me rend hilare!! :) merci!!


La Brune 07/11/2011 15:11



C'est le genre de commentaire qui me fait bien plaisir :)



Laurent Raufaste 26/09/2011 08:22


Best. Article. Ever.
=)))


La Brune 26/09/2011 15:03



:)



Caroline 08/09/2011 14:19


Rhoolala Brune!!!! Quelle histoire...!!! Il y aura matière à débattre lors de notre prochaine session Skype ! Je suis admirative de ta capacité de résistance face à un tel traumatisme ! Mes
respects là ...


La Brune 09/09/2011 01:33



A l'oral j'arrive même pas à en parler ^^



Anna 31/08/2011 14:02


... hem ...
j'ai ri à tes dépens je crois :)))


La Brunousse 29/08/2011 18:51


Mouhahaha... alors là je dis BRAVO !!!
Comme dans un film ! hihihihi