Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 09:49
Quand je ne travaille pas il y a une chose que j'aime bien faire le matin : regarder « les maternelles » sur la 5. Je n'ai pas d'enfant et ne suis pas prête d'en avoir mais j'aime cette émission. Je pousse des « oh » et des « ah » à chaque fois que j'apprends quelque chose et suis incollable sur les doudous, les siestes et l'alimentation des 4-5 ans.

Au moins si un jour j'ai des gamins, je serais presque formée.

L'émission de ce matin m'a rappelé une épisode de ma propre enfance : j'ai refusé de sauter une classe.
La conne.
En effet il fut un temps où j'étais la tronche de la classe. En arrivant au CP je savais déjà lire. Ayant l'air de m'ennuyer en cours, l'instituteur convoqua ma mère et me fit rester à la fin de la classe.
« Pourquoi m'ennuyais-je ? » me demande-t-on? « Beh parce que je sais déjà ».

On confirma mes dires en me sortant un livre, et j'ai dû prouver mon savoir en suivant des yeux l'index de mon instituteur qui avançait au fur et à mesure que je lui lisais les mots.
Ma mère écarquilla les yeux : j'étais l'enfant prodige.

Pour l'anecdote, l'enfant prodige n'était pas collée aux encyclopédies comme on aurait pu le croire, mais il avait juste eu la chance d'être tous les jours devant la télévision à l'heure des « chiffres et des lettres ». J'ai appris les lettres et les mots comme ça.
Qui a dit que la télévision rendait bête?
Ce petit abus télévisuel m'a aussi valu de porter toute mon enfance deux magnifiques hublots me servant de lunettes, du style de celles de Camelia Jordana, mais qui sur une enfant de 6 ans le font beaucoup moins.

Une fois découvert mon talent précoce, l'instituteur posa très vite la question de sauter une classe : l'année venait de commencer, je pouvais donc passe en CE1.
Ma mère me demanda ce que j'en pensais.

Mes copines étaient toutes au CP voilà ce que j'en pensais.

Mon père s'étrangla en apprenant que je ne voulais pas passer au niveau supérieur, mais l'enfant prodige a décidé, on le laisse s'épanouir avec ses congénères.

Que ce serait-il passé si j'avais sauté une classe : je n'aurais pas eu les mêmes amis, ni le même parcours. Peut-être aurais-je été une élève brillante toujours considérée comme surdouée, peut-être m'aurait-on entretenu dans l'apprentissage poussé, peut-être que j'aurais été toujours première de la classe.

Je ne le saurais jamais, et je m'en fout un peu aussi.

Toujours est-il que le gars des maternelles ce matin à la question posé par une maman soucieuse « mon enfant sait lire avant le CP, dois-je lui faire sauter une classe ? », il a répondu « surtout pas, ce n'est pas parce qu'il sait lire qu'il s'épanouira plus au niveau supérieur ».
J'avais donc pris la bonne décision.

Et puis quel gamin accepterai de passer du rang de meilleur de sa classe, au rang de plus mauvais en sautant une classe?
Et puis la partie chiffres de l'emission en me passionnant pas autant que les lettres, je n'aurais jamais pu tenir le coup en étant aussi nulle en maths ...

Partager cet article

Repost 0
Published by La Brune - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

Mélanie 03/12/2009 11:46


Dire que j'ai sauté une classe pour pouvoir justement rester avec le même groupe!! Mes parents étaient pas très chauds mais c'est l'instit qui a réussi à les convaincre...après le RDV chez le
psy.
Par contre 4 ans de collège à mesurer 2 têtes de moins que ceux de sa classe, c'est looooooong
(mais si j'avais pas sauté de classe on se serait pas connues!!)


La Brune 03/12/2009 15:35


Et si j'en avais sautée une non plus ^^


Lou 01/12/2009 14:44


On ne peut pas faire de généralités je pense ; en ce qui me concerne on m'a fait sauter une classe en cours d'année car je savais déjà lire et que je m'ennuyais... alors j'ai du bouder férocement
pendant peut etre 15j à en vouloir à ma directrice d'école et au final, je me suis fait d'autres amis rapidement et tout cela m'a été plutôt bénéfique. par ailleurs, je n'ai jamais trop senti non
plus de décalage avec mes camarades de classe pour autant.. le tout c'est d'etre bien accompagné par le personnel scolaire quand ca arrive je suppose..


La Brune 02/12/2009 10:50


Etant de fin d'années cela m'aurait fait presque 2 ans de décalage avec ceux nés en début d'année, mais bon, on s'habitue à tout c'est vrai. En tout cas être encadré
est vraiment très important car ce n'est aps un changement à prendre à la légère.


Didier Guillion 30/11/2009 18:17


J'ai vécu une bonne partie de ma scolarité le fait d'avoir "un an d'avance". Un an de retard plutôt, oui, sur tous mes camarades. J'ai retrouvé un équilibre en 3eme quand j'ai enfin repiqué ma
classe...
Tu as fait le bon choix.


La Brune 02/12/2009 10:51


Au moins après tu es revenu "à ton niveau". L'avantage de repiquer sans prendre d'années de retard !


Emma 30/11/2009 17:56


J'ai failli, mes parents n'ont pas souhaité, je me suis ennuyée jusqu'à la fac en fin de compte...


La Brune 02/12/2009 10:52


C'est dommage, d'où l'intérêt d'une psychologie scolaire et d'une vraie discussion avec l'enfant.


Marie 30/11/2009 15:02


Mon fils n'a pas à être félicité, il n'a rien fait pour être "comme ça", il est né ainsi. C'est comme si on félicitait quelqu'un pour ses yeux bleus ;)

Bien entendu il est largement recommandé d'aller voir un psy spécialisé pour faire le point, voire un test de QI et quelques tests complémentaires mais surtout de faire le point avec l'enfant et ce
qu'il pense de tout ça. Mais je reste intimement persuadée que ce sont aux parents de faire le choix car souvent l'enfant est trop jeune pour comprendre le choix qu'il fait. Et surtout, en cas
d'échec ça serait trop lourd à assumer pour un enfant. Si l'équipe enseignante est à l'écoute, elle peut proposer le saut de classe. Nous le premier saut a été à notre initiative (mon fils a été
suivi au RASED dès la maternelle pour des problèmes de comportement, l'instit le pensait en retard..), le second à l'initiative de l'école (nous avions changé d'école entre temps)
Mais dans tous les cas, l'enfant doit être associé au choix, ça c'est sur. Et si l'enfant est bien intégré dans sa classe et que tout se passe bien, autant laisser faire ainsi ;)


La Brune 02/12/2009 10:54


Je n'avais pas pensé à cette "responsabilité" en cas d'échec. En tout cas si l'enfant est assez mature et le souhaite, c'est tout bénef pour la suite ^^