Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 02:24

« Brune, tu as un iPhone ou un iPad ? » je dégainais la loque qui me servait de téléphone alors, daignant me mettre en communication à la condition de le taper contre la table avant de s’en servir.   

« Bon ok on te trouvera ce qu’il faut en attendant tu vas quand même aller à Paris pour couvrir le salon des micro-entreprises pour notre client. »

Cool, j’aime les voyages d’affaires.

Je me demandais cependant où était le piège. Pourquoi m’envoyait-on moi, nouvelle, faire un truc chouette alors que je n’avais même pas d’iPhone ni d’iPad. Mais j’étais prête à me faire rouler dans la farine pour voir un peu du pays, ça faisait un moment que je n’avais pas pris l’avion tout frais payé pour faire la working girl. Ça commençait à me manquer.

« Réserves-toi un hôtel et un billet d’avion, mais dans la limite du raisonnable. » 

Dans la limite du raisonnable. Hum. Est-ce qu’acheter un billet sur Air France à un demi-smic était raisonnable ? Est-ce que prendre un hôtel à côté de la Sorbonne était raisonnable ? C’est vrai que je pourrais toujours y aller en covoiturage et dormir chez une cousine éloignée mais bon. C’est le client qui paie. Et le client ne veut pas que j’arrive fatiguée. Hein dis ?

Je tranchais en prenant un aller avec Air France et le retour avec Easyjet ce qui reviens à peu près au même mais en un peu moins cher et conservais la chambre d’hôtel. Et pour finir de décharger la note, je mangerais des sandwichs.

Je m’en allais sur Paris 3 jours après avec un ordinateur portable prêté et une caméra flip.  Autant dire que je me la pétais. Genre working girl high tech. High tech d’il y a quelques années ok mais high tech quand même.

Ma mission une fois là-bas si je l’acceptais était de twitter en direct ce qui se passait pendant les conférences et d’interviewer des créateurs d’entreprise à la volée. D’où l’équipement.

J’arrivais à la première conférence avec un siège  réservé juste a cote du câble pour brancher mon pc. J’avais enfin la notion d’être une VIP dans ma vie. Toute fière, je brandissais mon pc alors que le reste de l’assistance était en train de pianoter sur des iChoses. Les crâneurs. Moi au moins j’ai une place réservée. Loin certes, avec un câble qui me relie au mur certes, mais réservée quand même.

Je twittais les conférences un peu nerveuse du fait que mon voisin d’à côté et celui de derrière jetaient un œil régulier sur ce que je faisais. Je déteste qu’on lise par-dessus mon épaule. Surtout quand je cherche mes conjugaisons sur google.

Bref.

Être sur Twitter est un truc que je sais faire et je n’ai pas eu de problème pour m’en sortir. Restait à interviewer et filmer les entrepreneurs qui se baladaient au salon. Je n’avais pas vraiment pensé à cette seconde tâche. Aborder les gens n’est pas un truc que je fais tous les quatre matins et autant j’écris des mails avec des :) et des ^^ mais aborder les gens avec l’assurance d’une journaliste et l’aplomb d’un Castaldi…

Je regardais les gens autour de moi, attendant de croiser un regard pour embrayer. Personne ne me regardait. C’était bien ma veine. Je savais que j’aurais pas dû mettre ce pull il monte trop haut j’ai l’air d’une gamine. Alors qu’avec ce top un peu plus décolleté j’aurais sans doute…

« Brune ? » C’était la cliente qui me tirait de mes rêveries allumeuses.

Elle voulait savoir comment j’allais mais aussi comment je dépensais son fric là appuyée contre un poteau les mains poisseuses. « Venez je vais vous présenter une entrepreneuse ». Voilà comment j’ai filmé ma première interview.

Le stress passé, je commençais à aborder les gens, en oubliant qu’il fut un temps j’étais timide. J’ai su rassurer les gens avec ma caméra pas plus grande qu’un iPhone et j’ai obtenu facilement toutes les interviews demandées par le client. Comme une grande.

C’est comblée et épanouie que je mangeais mon sandwich dans ma chambre d’hôtel. Je venais de vivre une de mes expériences pro les plus sympas.

Partager cet article

Repost 0
Published by La Brune - dans L'agence
commenter cet article

commentaires