Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 13:00

Je ressens beaucoup d'empathie pour les gens. Et croyez moi que c'est pas de tout repos tous les jours. Je me tords l'estomac à chaque fois que je vois une scène ridicule dans un film ou encore je me plombe le moral si je passe devant un chien à 3 pattes. C'est limite si je ne me mets pas à boiter à mon tour.

De part mes diverses expérience, je suis régulièrement en contact avec les corps de métiers que j'ai côtoyés : boutique, fast food, standard téléphonique … Et tout cela donne lieu à des comportements un peu bizarre de ma part.

Mes contacts avec les vendeuses : ayant été vendeuse pendant trop longtemps et dans diverses boutiques, je peux oser dire que j'ai fait le tour du métier. Journées interminables, mal de dos à force de rester debout, cartons à déballer, ou clientes horribles, je sais ce qui fait le bonheur et le malheur d'une vendeuse. Ce qui fait que je n'arrive pas à me comporter normalement avec elles. D'abord je dis toujours un bonjour. Ca peut paraître normal mais croyez-moi ça ne l'est pas pour les trois quarts de la planète. Ensuite je ne la réprimande pas si elle est d'une humeur de merde. C'est son choix, elle doit bien avoir ses raisons de vendeuse pour faire la tronche comme ça. Si je la sens vraiment très énervée ou fatiguée je ressors et la laisse se reposer jusqu'à la prochaine cliente moins compréhensive.

Je l'aide aussi en me comportant comme si je faisais partie des employées pendant les 10 minutes de ma ballade. Je remets les cintres droits, je range ce qui dépasse, et je complimente les clientes en cabine. Et surtout je ramasse les fringues par terre. Je les secoue pour enlever la saleté, les défroisse, les remets sur les cintres. Je ne défais non plus jamais les piles de pantalon sur les tables. Inutile de vous dire que je ne rentre plus chez Zara en période de solde sinon je passe mon temps au ras du sol.

A cause de tout ça, je n'achète jamais rien dans les magasins car je ne trouve jamais ma taille ou je n'ose pas importuner la vendeuse en plein appel téléphonique avec sa meilleure pote.

La pauvre.

Les fast food. Ca pue la fritte, tout ce qui compose le lieu est recouvert d'une couche de graisse et les employés sont affublés de tenue atroce. Ils méritent donc le respect pour ne pas nous avoir écrasé notre sunday sur la tête. Quand j'arrive je sais toujours ce que je vais prendre et la regarde droit dans les yeux pour lui déclamer mon envie de double cheese. Vous n'avez jamais remarqué que les clients regardent toujours les menus affichés au dessus de la caisse lorsqu'il parle ?

Ensuite lorsque je débarrasse toujours mon plateau et si la poubelle est pleine, je fais tout le tour de la salle pour en trouver une relativement vide pour éviter d'entasser les ordures. Ainsi le prochain employé qui devra fermer le sac sera bien content de ne pas se retrouver recouvert de frites et de reste de coca.

Je ne savoure jamais mon repas (si tant est que l'on puisse savourer un hamburger) et souffre avec eux des heures qui leurs manquent à travailler avant de retrouver la liberté. L'empathie, c'est bon pour la ligne.

Troisième situation : le téléphone. Lorsque je tombe sur une plateforme et que l'on met du temps à prendre mon appel, je commence à angoisser "Ils sont dans le rouge !" "Ils doivent être débordés de boulot !" "J'appelle au même moment que les autres je vais peut-être être l'appel de trop !". L'appel de trop c'est celui qui termine une longue série d'appels et qui se solde par les larmes, la nervosité accrue ou la démission de la téléopératrice. Alors lorsque la personne décroche, je prépare toujours mon numéro client et épelle mon nom avant qu'elle ne me le demande afin d'être l'appel le plus court de sa journée. Mon but et qu'elle économise sa salive. Si je sens qu'elle lit un script ou qu'elle coupe le micro pour parler à sa copine, je laisse faire, la pauvre ça va la détendre.

Je raccroche toujours sans avoir eu le renseignement que je souhaitais car voulant bien faire je suis resté au téléphone 1m30.

Alors pour vous l'empathie envers ses anciens confrères, c'est du respect ou de la foutaise ?

Partager cet article

Repost 0
Published by La Brune - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

Kirisame 20/02/2010 12:24


C'est sympa, parce que je pensais plus ou moins la même chose. Ayant exercé pendant une courte période l'activité de vendeuse, après avoir quitté ce job je me suis mise à ressentir une grande
compassion pour celles qui y bossent tous les jours... C'était juste un job d'été, mais quand même, j'ai eu un bon aperçu des difficultés qu'on peut y croiser. Du coup, comme toi, je ramasse quand
je vois une fringue par terre... Je cherche un article identique au mien si il n'a pas l'étiquette avec la référence...

Par contre mon expérience s'arrête là, jamais testé le fast food... Ce qui m'empêche pas d'essyaer d'être la + agréable possible.
C'est grave docteur?

Sinon, heureuse de voir les posts s'enchaîner sur ce blog :D


La Brune 21/02/2010 10:13


C'est bien d'oublier ce dicton "le client est roi" et de se rappeler que l'on a un être humain en face de soi. Même si c'était un job d'été tu as bien pu te rendre
compte de ce qu'étais le métier dans la vente avec ses joies et ses déboires :)


Gossip Boy 18/02/2010 17:17


Coucou La Brune,

Autant j'agis un peu comme toi quand je fais des courses, autant mes réactions face à un standard (plateforme ou non) dépend du comportement de mon interlocuteur(trice).

Bisous, bisous,

XO

Gossip Boy.


La Brune 21/02/2010 10:18


Oui après lorsque je travaillais au standard je ne m'étonnais pas trop que l'on me réponde séchement lorsque ma voie trahissais mon énervement et mon désespoir.


Didier Guillion 17/02/2010 20:33


Tiens, marrant,

Un exemple tout frais. Une jeune fille à l'accent britannique mais au français parfait me contacte par tel il y a 30 mn. Institut de sondage. Sur la consommation de tabac.
Je réponds à ses questions. (C'est vraiment fou qu'ils laissent ce fond sonore d'open space à l'arrière. Passons.)
A la fin elle me remercie. Je lui réponds "Merci à vous et bon courage."
Deux minutes plus tard, elle me rappelle "Allo, Monsieur, Allo?",
"Bonsoir ?"
Je reconnait le même bruit de fond. Avec dessus de gros reniflements comme si elle sanglotait.
"Bonsoir ?"
Vingt secondes de silences et de reniflements. Ca fait long au tél. Et elle raccroche.
Mince, il y a vraiment des boulots de merde.

D.


La Brune 21/02/2010 10:20


Tiens pourquoi a-t-elle rappelé ? C'était peut-être un autre téléopérateur. Ceci dit le sondage c'est atroce, il y a un script a respecter à la lettre, du bruit autour
et des sous-fifre à l'affut de chaque sondage qui se permettent d'élever la voie au moindre hic. Brrrrr.


Dugomo 17/02/2010 10:49


L'empathie et la compassion sont les plus nobles des sentiments humains


La Brune 21/02/2010 10:20


Avec la gentillesse et la générosité !


A.rnaud 17/02/2010 10:04


Mouais, pas d'accord avec tout.
C'est important d'être poli avec les vendeurs, comme avec toute personne que je ne connais pas en général. J'essaye d'être courtois et compréhensif, mais il y a des limites.

Si le vendeur fais la gueule et est désagréable, je me barre et ils ont perdu un client. C'est un job de service, ça nécessite de faire un peu plus attention au... service que dans d'autres
professions.

Si le vendeur a passé une mauvaise journée, je suis désolé pour lui, mais ce n'est pas mon job de me prendre tout la gueule.


La Brune 21/02/2010 10:21


C'est sur qu'il m'arrive de penser aussi "si elle est pas contente de ce qu'elle fait elle peut se barrer" car il y a des filles qui sont super dans le job de vendeuse
et d'autre (comme moi) qui ne sont pas faite pour ça.