Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 08:46

 

S’il y a bien une chose commune à tous les boulots c’est le fait qu’il faut systématiquement passer au début par une période plus ou moins longue de formation.

La formation ce n’est pas seulement le moment où l’on nous explique les différentes tâches que l’on devra accomplir mais c’est aussi celle où l’on perçoit l’ambiance de l’entreprise, où les supérieurs essayent d’asseoir leur autorité sur nous, où l’on essaie de nous conditionner en parfait petit employé.

Le premier jour est sans doute celui que j’aimerais le plus sauter. C’est ce jour là que l’on apprend puis que l’on oublie, la date de création de l’entreprise, la biographie de feu le fondateur, l’évolution au fil des âges …

Chaque précision sur le passé de l’entreprise est autant de poids qui pèse en plus sur mes paupières.

J’ai déjà mentionné le fait que je m’étais endormi en formation et que je m’étais fait réveillée d’un coup de genou dans le dossier de ma chaise je crois ?

Ce premier jour est valable pour à peu près toutes les entreprises, sauf pour la restauration rapide, où tu ne disposes que d’une journée pour connaître l’essentiel : où se trouvent les frites, les steaks, les sacs pour les poubelles, le balai espagnol à tout faire.

Ensuite vient le premier jour, celui où l’on commence à se faire timidement la bise, hein vu que l’on va être collègues.

Ce jour là on nous apprend où se trouve la cafetière, et l’on commence  à apercevoir un peu la vie de l’entreprise : « elle c’est Martine la comptable », « lui c’est François, l’informaticien », « elle c’est Brigitte ça fait 20 ans qu’elle travaille ici, c’est la doyenne »

Le troisième jour, on apprend que Martine à couché avec François alors qu’il fricotait avec Brigitte. On apprend ça alors que l’on voulait juste savoir pourquoi Brigitte vidait l’intégralité du tupperwear-repas estampillé "Martine" dans la poubelle de la cuisine.

Puis vient le quatrième jour où bon quand même on est là pour travailler. Alors on nous apprend nos tâches, qui dîtes comme ça ont l’air super intéressantes « tu as donc été embauchée pour l’aspect commercial du sud de la France ».  Traduction, tu es là pour terminer le fichier de relance pour proposer aux habitants du sud de terminer leur collection de fiches de cuisine.

Les formateurs sont les rois pour savoir te faire passer l’importance d’une information qui n’en a pas.

A chaque fois qu’il prononce la phrase  « alors là tu peux mettre du stabilo c’est super important » je pouvais être sûre de ne jamais me rappeler de l’information, et de me débrouiller très bien sans.

Puis vient le cinquième jour, le dernier, où l’on quitte à regrets notre gentil formateur, qui comme une mère un premier jour d’école, nous regarde la larme à l’œil rejoindre notre futur collègue du même poste, qui achèvera la formation sur le terrain.

On en apprendra ainsi un peu plus sur les circonstances de la relation avortée entre  Brigitte et François.

Puis vient le lundi suivant et là.

On choisit notre camp entre Brigitte et Martine et on se rapproche de François …

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La Brune - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

flo 08/05/2009 11:23

Chaque entreprise a sa propre culture, ses codes et ses rituels, que l’on découvre les premiers jours de son arrivée, ici le vouvoiement ou la poignée de main sont de rigueur, ailleurs on se tutoie et on se fait la bise, la pause café est souvent un des moments importants, c’est celle où on se rassemble pour discuter de tout de rien ou partager les événements de la vie : naissance, anniversaire…c’est un peu comme une petite famille, il faut dire que l’on passe beaucoup de temps ensemble et cela serait dommage de se faire la tête ! Voilà le café est prêt, je vous sers un café ?

Hegêmon Benoît 26/04/2009 11:51

Tiens tiens, ça me rappelle une certaine boîte où on a tous les deux travaillé, ça....

La Brune 30/04/2009 00:32


Et où on est bien content de ne plus y être!


Gossip Boy 23/04/2009 11:38

Re La Brune,

En fait, oui et non. Au premier abord, c'est bien loin des Bronzés parce que c'est beaucoup moins bon enfant et que parfois c'est allé très loin (voire trop loin). Mais avec le recul, il est vrai que chaque saison connait son Popeye, sa Gigi et toute la bande (il ne faut pas croire que les saisonniers sont des caricatures, ils vivent juste en vase-clos et c'est ce qui génère ce phénomène... un peu comme le Loft et Big Brother).

Bisous, bisous,

XO

Gossip Boy.

Gossip Boy 22/04/2009 20:29

Coucou La Brune,
Je suis plié de rire : pauvre Brigitte (Au moins Martine devait la remercier pour ce régime forcé mais salutaire pour sa ligne!!! Mdr)!

J'ai vécu ce genre de situations puissance 10 pendant mes saisons touristiques (Tu n'imagines pas le nombre d'histoires et aussi de ragots quand on travaille et vit au quotidien pendant 6 mois non-stop avec une 60aine de personnes, et je compte même pas les histoires avec les clients et aussi avec les habitués).

Bisous, bisous,

XO

Gossip Boy.

La Brune 23/04/2009 09:40


J'imagine que ça ne doit pas être bien loin des "bronzés" ...


Line 22/04/2009 12:32

Ce qui est curieux tt de même c'est que l'on retient mieux (et du premier coup les potins) de Simone la formatrice (aux fort accent bien laid du sud ouest, c'est peut être pr ca que l'on retient mieux d'ailleurs) que les tâches d'ordre professionnel...

La Brune 23/04/2009 09:41


C'est à la formation que l'on prend la température de l'ambiance. Pour les tâches on voit une fois sur le terrain.