Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 08:24

 

Je suis une fille un peu timide sur les bords. Un peu. Juste quand il ne faut pas. Lorsqu’il faut déposer son CV quelque part par exemple, je suis parfois en proie à une crise de timidité et mets les voiles arrivée en bas de mon ex-futur-lieu de travail.

Je bénis les concepteurs de la boite mail qui me facilitent bien la vie.

Puis j’ai commencé à travailler dans le commerce. Et malheureusement le jour rêvé où l’on communiquera par mail avec les clientes derrière une cloison n’est pas encore arrivé.

Je dois les affronter de face, avec le sourire, crise de timidité ou pas.

Alors je rencontre quelques problèmes. Le premier c'est que lorsqu’une cliente entre en boutique, ma timidité revient dès qu'elle touche le pas de la porte.

Je la vois d’abord s’attarder dehors, regarder longuement les mannequins. La vitre nous sépare encore, pourvu que ça dure et qu’elle prenne peur en voyant les prix si discrètement exposés. Mince elle jette un œil à travers la vitre. Elle hésite. Il n’y a personne et elle à peur de se faire happer par la vendeuse. Elle ne me connaît pas encore c’est normal. Elle se dirige vers la porte, entreprend de la pousser, la porte est lourde, elle y arrive quand même. Nooooooooooooooooooooooooooon

Bonjour Madame.

Le deuxième problème que je rencontre est qu’il faut servir TOUTES les clientes. Ce serait tellement plus facile de dire « oh non toi je n’ai pas envie la dernière fois tu m’as gonflée » ou « tu es tombée dans un lac de parfum/transpiration ce matin ? Désolée mais adresse-toi à ma collègue là j’ai l’estomac dans les chaussettes ».

Et bien ça ne marche pas comme ça malheureusement. Les personnes seraient moins susceptibles le monde tournerait moins de travers.

Il me faut donc servir toutes les clientes, même celles avec qui j’ai  un problème de langage. Ayant parfois quelques classes sociales d’écart avec elles, nous avons un problème de vocabulaire et d’accent plus ou moins mondain qui ne me facilite guère les choses. Je les sers comme je peux et nous ne nous comprenons  qu’une fois arrivées à la caisse puisque le langage de l’argent et les grimaces lorsque j'annonce les prix sont universels.

Il y a aussi les très pressées, celle qui ont le 4x4 garé devant, les novices, les expérimentées, les habituées, les adorables …  Certaines donnent lieu à des situations singulières, parfois fantasques ...

C'est un excellent exercice de savoir s'adapter à chacunes même si ce n'est pas toujours facile.

Dans toute ma carrière de vendeuse, on m’a souvent dit « merci de votre gentillesse », on m’a parfois dit « merci de votre écoute », on m’a rarement dit « je ne reviendrais jamais » et on m’a dit une fois « la prochaine fois j’aimerais être servie par vous ».

Je ne l’ai jamais revue mais je m’en souviens encore, ça m’a mis de bonne humeur pour le reste du mois !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

flo 08/05/2009 11:33

Si la vendeuse a le sourire, j’échange quelques mots, j’apprécie ce côté humain que l’on a pas lorsque l’on fait ses achats en ligne et il m’arrive aussi de faire quelques compliments, cela fait toujours plaisir, c’est une reconnaissance dans son travail que l’on a malheureusement pas toujours de ses supérieurs. Voilà, il vous faut autre chose ?

sunny 10/04/2009 10:17

je n'aurais pensé qu'une vendeuse puisse être timide ! enfin pour te rassurer il y a aussi des clients timides (mais eux achète sur internet par correspondance ;-))

La Brune 10/04/2009 11:55


J'en vois plein des clientes timides ... elles sont tellement plus agréable que les exubérantes, mêmes si il faut leur tirer les vers du nez !


saucisse 09/04/2009 21:13

Rhalala j'ai l'impression de lire ma vie.
Aujourd'hui j'accueille une cliente "madame, bonjour, qu'est-ce qu'il vous faudra" "un sourire, jeune fille" et voilà tout est dit. je m'en farcis des plus ou moins gratinés toute la journée... je compatis !
Bon courage, brune !
A bientot, So6

La Brune 10/04/2009 11:57


Les gens ne se mettent pas assez à notre place, on ne peut pas être fraîche pour chacunes même si en théorie on le devrait. Bon courage à toi aussi !


Gossip Boy 08/04/2009 11:58

Re La Brune,

C'est clair : le parfum en question (que je portais de temps à autre) m'est devenu insupportable et l'odeur d'eucaliptus me donne systématiquement des migraines (bon j'ai jamais été fan de cette odeur, cela joue peut-être).

Gossip Boy 07/04/2009 18:54

Coucou La Brune,

T'es trop forte, je n'aurais pas osé faire un article sur le sujet, mais puisque tu en parles je vais y participer.

Il y a des circonstances où il est difficile de supporter certaines odeurs comme "la rose dans le brin" (= expression personnelle qui signifie qu'on est loin de la fresh attitude) ou le concours du parfum le plus entêtant dans les transports en communs le matin.

J'ai deux souvenirs mémorables dans cet esprit là :
Un jour de bonne heure le matin (il devait être 6 ou 7 H), je travaillais à la réception d'un hôtel et je me suis réveillé avec une gastro d'anthologie (vu l'heure matinale, je ne pouvais pas me faire remplacer). Dans ces cas là, il y a des odeurs qui peuvent déranger... j'ai donc rapidement préparé les petit-déjeuners des clients et au moment où je pensais avoir passé le pire un client arrive avec un parfum qui embaumait tout le hall de l'hôtel et toute la salle du petit-déjeuner... quand il a payé sa note j'ai heureusement pu appeler à la rescousse une collègue pour me permettre d'aller respirer... insupportable ce parfum.

Et vient un saison de ski, où une cliente à carrément changer l'hôtel en hammam génant (ça aurait pu être fun, mais non pas du tout!!!). On pouvait la suivre à la trace ("parce que je suis malade, je fais toujours ça") elle transpirait littéralement l'eucaliptus... ça a collé des migraines chroniques à tous les employés pendant 4 jours. J'ai eu la primeur d'être son interlocuteur privilégié : trop de la change!!! lol

Bisous, bisous,

XO

Gossip Boy.

La Brune 08/04/2009 09:42


Bouh, ça donne des souvenirs olfactifs persistants tout ça !