Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 14:15

Parfois on n’a pas les promotions que l’on souhaite. Lorsque j’étais téléopératrice pour Arnak, j’étais habituée à être de temps en temps au chômage technique, ce qui me permettait de profiter de la plage.

Tout allait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes avec mon mi-temps, mon temps de libre et mes petites ménagères que je retrouvais chaque soir par téléphone pour les ravitailler en fiches de cuisine.
Jusqu’à ce jour.

Brune tu vas passer en réception d’appel pour quelques semaines.

La réception d’appel … Située à l’autre bout de la plateforme, composée d’une trentaine de français qui évoluaient en communauté.
Ils étaient ceux qui, le matin, rattrapaient nos conneries du soir, nos ventes bâclées et nos explications rapides « oui madame c’est presque gratuit ».
Vu que nous ne commencions à travailler que lorsqu’eux s’en allaient, nous ne nous mélangions pas et ne les connaissions que de nom ou de réputation « elle c’est celle qui envoie chier les clients », « lui va se faire virer il parait », « lui on raconte qu’il recopie les numéros de carte de crédit des clients en prévision de ses futures vacances » …
J’allais donc être intégrée dans ce groupe, celui qui commence tôt et qui fait un temps plein, celui qui prend les plaintes des clients en pleine tronche toute la journée. J’allais devoir recevoir des appels pendant 8 heures par jour, non, non, nooooooooooooooooooooon !!!!

Et tu commences demain.

On voulait gentiment m’éviter un nouveau chômage technique, et quelle aubaine, cela tombait pile au moment où une fille perspicace avait posé sa démission.
Je quittais mes collègues de l’émission d’appel. Adieu tranquillité du soir, travail en musique, apéro prolongé entre collègues du vendredi.

Je rentrais dans le monde du travail.

Je débarquais le lendemain à 9h à l’autre bout de la plateforme. On m’informa que je resterais en écoute pendant une semaine histoire d’en prendre plein la vue.
Et plein la gueule aussi.
Mes nouveaux collègues ne se gênaient pas pour me faire remarquer que nous autres, en émission, travaillions comme des bouseux et que tu-vois-eh-bien-là-je-ramasse-tes-pots-cassés.

Au bout d’une semaine d’écoute et un ulcère évité, je commençais à prendre les appels des mécontents, des râleurs, des insatisfaits. Des clients quoi.
Une semaine d’écoute m’avait appris qu’il n’y avait que 3 sortes d’appels.
Ceux qui veulent arrêter leur collection de fiches de cuisines et qu’il faut coûte que coûte les engager à continuer, en leur offrant un paquet gratuit et une montre en plastique.
Ceux qui veulent te péter la gueule car ils ont résiliés, mais continuent à recevoir des paquets et à être prélevés.
Et mes préférés, ceux qui se plaignent qu’ils n’ont pas reçu leur dernier paquet et qu’ils ont quand même été prélevés. La majorité des appels étant constitué de ces petits malins, nous avions une technique imparable pour vérifier s’ils disaient vrai. Nous les sommions de chercher leurs boîtes, de remettre les fiches dans l’ordre, et si ça ne suffisait pas à les décourager, nous sortions une liste que nous avions en notre possessions des fiches qu’ils étaient censés avoir. Nous leur posions des questions sur les fiches. Monsieur dans la partie farandole des légumes avez-vous la fiche sur le sauté aux courgettes?

J’étais épanouie.

Parfois les clients étaient adorables et appelaient juste pour demander une boite de rangement en plus. Boite gratuite bien sûr, Arnak* pouvant bien faire ça, après les avoir déplumé mois par mois pendant des années. La procédure à suivre dans ce cas là étaient d’envoyer un mail à une adresse se rapprochant de tuveuxtaboitederangement@tupeuxtoujourscourir.com … et les clients ne recevaient jamais leurs boites … ce qui donne des clients mécontent qui après te font croire qu’ils n’ont pas reçu leur paquets pour se venger et t'arnaquer à leurs tours.

Je passais quelques semaines en réception d’appels, ce qui fut suffisant pour comprendre les clients et être incapable de faire une vente en émission ensuite.

Tu parles d'une promotion.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Benoit 30/03/2009 10:58

C' était quand même mieux à "standartel", non ?

La Brune 30/03/2009 11:25


Sauf que quans tu sors de Standartel tu n'es pas à Barcelone ...


Miss Cz 26/03/2009 18:47

la joie des call center... le casque qui te vrille les oreilles et la cervelle, les écrans de PC qui te tuent la vue, les clients (appels sortant ou entrant) plus débilocrétins les une que les autres...
quelle horreur!
et ils appellent ça les emplois de demain, ben punaise...

La Brune 30/03/2009 10:05


J'espère pouvoir appeler cela les emplois du passé en ce qui me concerne!


lora 20/03/2009 21:00

quand j'étais petite, j'étais abandonné à ce genre de choses, et puis un jour ma mère à tout arrêté sans que je comprenne vraiment pourquoi (bah oui j'étais trop petite). En te lisant je comprends encore mieux pourquoi elle a fait ça :)

La Brune 21/03/2009 13:28


Nous vendions aussi des fiches sur les animaux pour les enfants ... il était fréquent que des parents exédés apellent pour faire cesser l'abonnement contraté en douce
par leurs rejetons.