Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 14:44
Il y a des boulots qui vous marquent. Des boulots où l’on s’y inclut encore en disant « nous » comme lors d’une rupture mal digérée. Ce qui est mal passé dans mon cas, c'est plutôt le refus d’un licenciement à l’amiable, et donc d'avoir avalé de force ma démission.

J’imagine un instant ce post étudié au bac et entend les élèves énumérer les mots faisant partie du champ lexical de la digestion.

J’ai été standardiste donc. Mais attention, pas un standard de mauviette ! J'étais dans un grand standard recevant la bagatelle des appels de 300 sociétés établies partout en France.
Par exemple, lorsque vous appelez votre médecin l’après-midi et que vous ne tombez pas sur Josette, la secrétaire du matin et bien vous tombez sur nous. Ou bien lorsque vous appelez au-delà de l’horaire de fermeture et que vous tombez sur un répondeur humain, c’est toujours nous.

Je ne reviendrai pas en arrière corriger les nous, j'ai constaté à l'instant avec effroi que je le dis encore.

Travailler à Standartel n’a pas été de la tarte, ça constituera donc un gros chapitre de ce blog car il y a beaucoup à dire.

Commençons par l’idée folle de faire du standard pour 300 entreprises et posons-nous une question : quel-est le point commun entre un animal mort au bord de la route, un problème sur une VMC et un Algeco qui tombe en ruine ? La personne qui répond au téléphone pour tous ces problèmes, évidemment.
Standartel, c’est enlever un animal dans une ferme, prendre un rendez-vous chez le cardiologue et réparer les chauffages, tout ça en 10 min
utes.

On est fort chez Standartel.

Et bien sur, toujours en essayant de faire en sorte que qualitatif et quantitatif soient bien potes.

Ca, c’est dans la théorie. Dans la pratique, c’est plutôt recevoir 20 appels de fous furieux qui n’ont pas d’eau chaude un samedi à 15h, se faire menacer de mort par Gérard du syndic et recevoir ensuite un appel d’une patiente qui se plaint de douleur à l'orteil droit.
Même si la standardiste rêve à ce moment là d'envoyer paître le patient se plaignant de son orteil, elle doit prendre sur elle et s'improviser docteur en décrétant qu'il vaut la peine oui ou non d’appeler le vrai docteur en plein repas de famille. Attention, si la raison n’est pas assez valable,
elle se verra traiter de sombre nunuche décérébrée.

J’exagère à peine.

Mais faire coïncider la santé des gens qui ont besoin d’une vrai écoute, et les appels de vieux bourrins qui n’ont pas la télé pour regarder la roue de la fortune me semble un pari très risqué. Car un abruti qui n’a pas la télé pour regarder son émission favorite, ça se fout que le technicien ait des problèmes plus urgents à gérer, et que tu puisses avoir 20 appels urgents qui attendent qu'il ait libéré la ligne.

Bien sur je n’étais pas toute seule pour faire ça. Sans quoi je ne serais probablement pas en train de pianoter gaiement mes péripéties sur mon clavier, mais plutôt en train d'acheter de la corde ou des barbituriques.

Heureusement il y avait les collègues. Le centre étant ouvert 24/24, j'avais la chance de travailler à des périodes aussi logiques que le soir et le week-end et nous nous partagions avec certains le travail en comité réduit.

C’est là que l’intérêt de travailler dans cette entreprise prenait tout son sens : boss au domicile, pieds sortis des chaussures et délicatement posé sur la table, mug rempli de café bouillant près du clavier, musique sortant doucement du poste radio, youtube salvateur sur tout les écrans... Pour être payé 50 pour cent en plus.

J’exagère … à peine


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Paulina 26/10/2016 07:14

Si vous avez besoin d'un emploi de standardiste vous en trouverez ici https://www.carriere-hotesse.com/

Paulina 26/10/2016 07:10

Très bonne article

Pauline 07/07/2015 17:05

Le métier d'hôtesse standardiste est un métier difficile, plus que ne le pense certaines personnes !

remy 28/02/2009 16:09

Moi aussi j'ai été standardiste, mais c'était pour une clinique et je faisais également de l'accueil physique... D'où ces grands moments de solitude, car boulot en poste seul avec des urgences à gérer. Dur les métiers de clientèles...

La Brune 02/03/2009 10:17


Trés dur quand ça vient se méler au médical. On avait des appels pour tout ce qui était respiratoire avec des gens qui s'étouffe en ligne et des techniciens parfois
injoignables... C'est vraiment pas facile, surtout lorsqu'ensuite il faut gérer des appels qui n'ont rien à voir.


Benoit 21/02/2009 22:27

C'est exactement ça...
Et encore, tu nous a epargné le pire des réactions qu'on a pu avoir à encaisser de la part des gens...Ou les batailles epuisantes pour avoir un code postal valide ou trouver une adresse dans la base informatique.

Tiens....le pire c'est que je suis sûr que ça va me manquer....

La Brune 22/02/2009 11:54


J'en ai tellement à raconter...